index  
Jean Thevenet


Profiter de la possibilité d'enregistrer les fichiers "image brute" de l'appareil photo (RAW dit "NEF" chez NIKON)

Une image vaut mieux qu'un bon dicours: voici un extrait d'une image proposée sur la carte SD directement par l'appareil photo pourtant pas une merde.
2016-08-11_13-12-00-extrait-version-nikon.jpg

Et ce qui ressort avec le fichier raw (.NEF) qui est enregistré par l'appareil mais décodé par Darkatable sous linux.
2016-08-11_13-12-00-extrait-version-darktable.jpg

Ce sont des extraits d'une image de 16 mégapixel affichée 1 pixel image pour 1 pixel écran.


L'objectif du NIKON COOLPIX A est fixe (toujours 18.5mm soit équivalent 28mm en diapositives)

Avec des défauts mineurs (abbération chromatique très faible, moindre qu'avec le matériel professionnel des années 1980, mais vignetage assez prononcé: si tel n'était pas le cas, l'objectif serait ÉNORME et ça ne serait plus transportable)

Et un défaut majeur lors de l'enregistrement des JPEG pour satisfaire au besoin d'une visualisation rapide et "belle à première vue à l'écran": un relatif flou pour "loger l'accentuation" et une perte d'information dans les ombres pour fournir du contraste, ou sinon des modes "neutres" assez lavasse, tout comme le NIKON D7000 et, à ce qu'il parait quasiment tous les appareils si on compte sur le boitier pour calculer la photo: ce qui explique l'intérêt de "tirer" soit même ses photos avec la puissance d'un ordinateur, comme font les professionnels systématiquement..
J'utilise Darktable, et GIMP pour recadrer la bordure rouge du tirage brut et compresser un peu le fichier à "98%".



Essai montrés sur panoramio ici
et ici 2016-03-15-panoramio.html


Ce paysage contient tous les éléments pour tester les appareils photo: maisons peintes, toiture, végétation de différentes zones climatiques, roches à nus, fils électriques pour régler l'accentuation en vérifiant l'effet de bordure, grillages et tôle ondulée pour tester les moirages (pas de filtre passe bas, ça peut se voir) et même des hélicoptères (ça c'est pas ce qui manque) dont les pales en rotation révèlent le temps de pose.

JPEG appareil: à l'écran ça en jette...



JPEG tiré de Darktable: moins flatteur, mais regardez donc de plus près la différence.
Regardez en particulier les détails de la roche, en face, et la richesse des nuances



Sur ce tirage, on remarquera qu'il reste des détails dans les ombres, et les orchidées violettes à droite du chien.
Classiquement ces zones d'images sont très peu restituées.



Difficultées: les photographes amateurs "n'aiment pas" les versions réduites de ces tirages. Les zones pas tout à fait sombre dont les détails sont plus petit que la trame d'une petite image donnent une impression de manque de netteté et de manque de contraste. Il faudrait retraiter les aperçus.

Les autistes (c'est un élément de diagnostic) voient en priorité la texture, le grain, les détails les plus fins en premier (hypersensibilité aux fréquences spatiales élevées au détriment des fréquences spatiales basses, lecture en premier des lignes de texte écrit fin dans un journal) alors que les neurotypiques sont plus sensibles aux grosses structures de l'image (basse fréquence, lecture en premier des gros titres) et supportent plus facilement une zone vide d'information (noire), pour privilégier le contraste qui accentue le découpage en structures. Ils  sont moins affectés par les artefacts de l'accentuation (fausse netteté qui consiste à renforcer les contours, à renforcer en fait une gamme de fréquence spatiale généralement la entre le quart et la moitié de la fréquence spatiale d'échantillonage), mais ce procédé n'est valable qu'à une certaine échelle, si on zoome ou qu'on s'éloigne la texture change, puisque la fréquence spatiale perçue varie selon l'agrandissement).
Généralement les écrans sont trop contrastés, escamotent le peu d'informations qui reste de photos déjà trop contrastées: s'habituer ainsi à "lire" des images contenant des gros blocs de noir visibles de loin entraîne l'idée que des textures grises (verdure à l'ombre) sont un "voile", comme de la poussière sur une vitre. Or c'est afficher des détails encore fin en gammes de sombre dans ces zones, qui se révèlent si l'on regarde de près. La compression JPEG fait "des patés" en priorité dans ces zones: il faut enregistrer avec peu compression pour garder des détails. Souvent les gens ne se rendent pas compte, ne captant que la finesse des contours et textures de zones lumineuses.


PHOTOS SUR PANORAMIO
index horodaté Janvier 2016, en construction (pour retrouver les photos panoramio selon date)
Photos sur CILAOS MON AMOUR

Compte G+
(j'ai ensuite passé mes photos sur panoramio, mieux adapté)