index 
Pour me contacter:
jean.thevenet.3846@free.fr
précisez "mouarf" dans le sujet.


La route était en bon état: c'était pas une route qu'il était temps de refaire...
Cette route était même plutôt bonne, une des meilleure de la région: neuve, et en enrobé.


Cette route en août 2017 était très bonne, mais en septembre 2018 la route a été "salement" rustinée et gravillonnée.... comme vous pouvez le voir sur streetview.

Alors pourquoi y déverser des tonnes de gravillons sur du bitume fondu? Cette réfection routière a fait plusieurs semaines de forte nuisances, et après le balayage final et l'aspiration des gravillons (fait le 29 septembre 2018), il reste une route "rustinée" et "tape Q" en vélo, ou même en voiture.
Surplace c'est un peu la surprise: les routes étaient bonnes, c'est bizarre.
La consolation largement exprimée, c'est que ça empêche les voitures de rouler vite...

Ce qui est bizarre aussi, c'est la couleur de ces gravillons, tous du même gris, basaltiques et provenant de la loire (de l'auvergne). Normallement, surtout pour les rustines, on utilise un autre matérieux plus local qui s'incorpore mieux à la chaussée. Ces gravillons d'auvergne sont particulièrement abrasifs et semblent plutôt être un matériaux pour faire des drains ou boucher des fossés.

Les responsables à qui j'ai téléphoné m'ont expliqué qu'il fallait refaire l'étanchéité, donc refaire l'enduit, un argument que je trouve faible quand il s'agit de routes quasi-neuves où (c'est expliqué en fin de page) peut être appliquée une technique employant très peu de matériaux, moins chère, pour faire durer le revêtement... 10 à 20 ans de plus!

Les travaux de la fibre optique avaient été très bien fait: la tranchée bien rebouchée et bien tassée avant application d'un très bon enrobé était à niveau, à tel point que rouler sur la fibre optique à vélo était... plus rapide encore: ce n'était sans doute pas la peine de refaire sur ces routes toute la surface de la chaussée... etc..


À n'en pas douter c'est "du travail de sagouin", justifié par des raisons que les ingénieurs vont nous faire avaler avec quelques couleuvres..
à Chanay (route de Seyssel à Bellegarde sur Valserine), "on a eu il est vrai des problème de colle"... Mais quelle idée leur a pris de faire en gravillons une route à camions qui a le calibre d'une nationale!!!

Questionnement... sachant l'enjeu tout récent et spectaculaire du tourisme à vélo dans le BUGEY en raison du succès de la Via Rhôna, il n'est pas judicieux de choisir ce qui est le pire pour eux: La région a intérêt à favoriser le cyclisme ou en tout cas ne pas l'entraver: c'est L'ATTRACTION TOURISTIQUE PRINCIPALE.

Enfin, vous êtes peut être aussi automobiliste, avec une peinture encore neuve, un pare brise pas encore rayé, qui n'apprécie guère de rouler là dessus... qui pourrait être con cerné par cette problématique. Car on dirait bien qu'on s'appuie sur un argumentaire technico-scientifique économique pour justifier aux "cons" qui poseraient la question, qu'on maitrise "le sujet" en spécialiste histoire de leur clouer le bec: peut-on au moins lancer le débat?

Photos
voirie qui était en enrobé,  configuration "pourrie",
Mieux vaut ne pas avoir à freiner en descente..
 
Portion en enrobé en très bon état en août 2017, passée en configuration "pourrie" en septembre 2018

Portion en enrobé en très bon état en
avant  passée en configuration "pourrie" après
Remarque: dans les pays pauvres ils ne gâchent pas les routes à ce point! (ça coûte trop cher)

Où est le progrès?Il serait bon de lancer le débat dans la presse, mais on est pas trop pressé de le faire, et peut être même qu'il y a censure... ce qui laisse croire que "il y en a qui se sont graissé sur cette affaire"
"Vous aurez une grande déception, mais pour l'instant l'article ne passera
pas. J'ai rencontré le maire de .... le lendemain,  rediscuté avec
..... à  qui vous aviez déjà téléphoné, ainsi qu'au service
départemental... C'est vraiment en attente. Les tenants et aboutissants sont
trop délicats pour être traités actuellement..."
c'est louche


    C'est louche...

Saborde-t-on ici le tourisme? à qui profite ce coup dur à la qualité routière? A-t-on organisé une immense braderie de gravillons d'auvergne?
 Le moins cher n'aurait-il pas été de réparer seulement là où c'était justifié?


La région, l'Ain par exemple, met l'accent sur le vélo: on a posé partout des pancartes pour aider les cyclistes, l'année 2018, pour préparer des itinéraires en ne perdant jamais de vue la Via Rhôna maintenant indiquée de partout, on vient de placer des pancartes à l'attention des automobilistes "je dépasse à 1m50", il se monte des gîtes un peu partout bien qu'il en manque, et la véloroute est en voie d'être la voie principale d'arrivée de touristes intéressant (qui rapportent à la population sans faire beaucoup de nuisance et de pollution). C'est une chance pour la région, non négligeable et si on raisonnait en terme d'économie sans marcher sur la tête, on devrait tenir compte de cette opportunité avant de couler le navire.

Justement, on refait des routes tellement mal que cela pourrait dissuader les cyclistes, surtout les randonneurs dont les vélos chargés sont plus difficile à manier sur des routes gravillonées et cabossées.

À lavours:
 20180629 112353 deux sortes de gravillons,
 20180629 111341 lavours, route avec mauvais et bons gravillons, 2 calibres
20180629 111200 2 calibres de gravillons à LAVOURS, le plus gros s'arrache

À Thézillieu 20180626 120010 ICI C'EST L'AIN: route avec mauvais revêtement

On répond qu'il fallait réparer, et que les désagréments ne sont que passagers, que ce sera balayé.

Mais tout de même, même des mois après (ou un an après), il apparaît  que sur les routes où on a utilisé cette méthode qu'il y a encore des rejets de gravillons et des cumuls sur le bas coté: cette méthode ne donne pas des routes qui évoluent bien.
C'est le cas ici: en savoie, cette portion de route, en Savoie, a été refaite en 2017 d'un granulat gris "auvergnat" complétement tape cul qui secoue même en voiture, on a passé un an et ça gicle encore, ça secoue, c'est devenue une route pourrie, bien plus pourrie que la route un peu rustinée avec du silico-calcaire que vous pouvez visiter en avril 2011 sur street-view)

C'est ce qu'il y a de pire pour les cyclistes: du gros gravillon qui tient mal, qui balayé se remet à faire du rejet encore des mois après, c'est dangereux, ça oblige à avoir des trajectoires en slalom en vélo, de ne pas tenir sa droite (et de "provoquer" l'hostilité d'automobilistes ne comprenant pas la manoeuvre), ça rend tout simplement désagréable le vélo ordinaire (avec des pneux de section inférieure à 32).

Je roulais sans problème avec des pneus de 23, depuis 2008, et maintenant, avec des pneux de 25 ça ne passe plus sans devoir rouler parfois au millieu, à gauche, et il reste fréquent qu'un gravillon de temps en temps s'arrache et est projetté très violement par une voiture qui passe: on en finit donc pas de sitôt avec les projections dangereuses dans les jambes, dans la figure ou le parebrise d'une autre voiture.

Enfin, le nouveau, c'est peut être le "Rhône Alpes- Auvergne": Il s'agit d'un granulat qui provient d'auvergne qui devrait être utilisé pour d'autre formes d'enduit, mais pas ainsi avec de la "colle". Ce concassé de roche volcanique est extrêmement anguleux, dangereux et coupant en cas de chute, très abrasif, s'agglomère difficilement avec régularité dans l'enduit, faisant des routes réparées des routes particulièrement sonores et "tape cul". il est plus anguleux, se fiche dans les reliefs du pneux, y reste coincé, et s'en détache seulement à pleine vitesse.
 Ces granulats font des projections plus dangereuses.. En auvergne, ce genre de gravillon est utilisé pour charger une sorte d'enrobé, mais pas ainsi.

À la Réunion (un volcan on dirait), ceux qui y ressemblent sont plus fin et le résultat est très correct, et encore, c'est pour les routes "pourries"...

Route créole passablement "rustinée" et "pourrie", n'a pourtant jamais été un problème du gâteau par rapports aux Roûtes de l'Ain, Remise à neuf, cette fois on peut rouler à fond avec des pneux de vélo de course (En voiture aussi: ça permet aux jeunes de faire la pousse, la gendarmerie a une occupation nouvelle).
EN Rhône Alpes Auvergne c'est l'évolution INVERSE.
"Au moins, ça oblige les voitures à ralentir"..

Dans la région Rhône Alpes, les réparations étaient, auparavant faites avec diverses sortes de porphyres différents, mais pas de ce granulat gris qu'on a vu débarquer, et généralement avec le silico-calcaire de gravirhône qui se tasse mieux: par exemple cela.

Comment vieilli une route en enrobé?
On peut examiner l'exemple d'une départementale pourtant assez vulnérable (qui se fissure par ce que construite sur le marais dont le sol s'affaisse), et voir comment évolu la dégradation de l'enrobé depuis l'apparition des premières micro-fissures... sur 10 ans!

voilà les images comparative d'une route réparée. La méthode "du pichet" où l'on verse un filet de bitume dans la fissure, pour refaire des routes sur de la distance comme ceci, c'est un camion transportant la cuve de goudron qui avance à 2 ou 3km/h pendant que 2 personnes chacune armée d'un tuyau marche à coté et vise avec une gachette la fissures et font couler le filet de bitume (comme pour le pistolet d'une pompe à essence) sans avoir à se baisser: il reste ces traits noirs qui vont en tout sens que vous aurez déjà remarqué sur de nombreuses routes: cela répare l'étanchéité du revêttement pour quelques années... mais combien de temps attendre avant de sacrifier la surface de cette route dessous un nouvel enduit?

en 2009 elle était déjà réparée (depuis peut être longtemps)




5 ans après, la route s'est peu dégradée, si on avait en 2014 rebouché les petites fissures on aurait étanchifié la route qui serait en meilleur état aujourd'hui mais on ne l'a pas fait, pas encore en 2018

2014


9 ans après ça tient encore bien qu'on a abandonné cette route il y a 5 ans (on aurait du réparer ces fissures), on ne l'a pas fait et elles ont plus évoluées que si ça avait été fait, du coup elle s'est plus dégradée qu'elle devrait, mais elle reste bonne pour rouler.


2018


Maintenant cet enduit tend à être en fin de vie et a trop de fissures pour utiliser cette méthode (et ils vont probablement la gravillonner incessamment sous peu, mais c'est 10 ans après, à moins qu'ils refassent de l'enrobé, ce qui en principe est sans hésiter pour une route d'un tel gabarit, axe principal), mais quand même, ça a pris près de 10 ans depuis les premières fissures!!! On aurait pu réparer les routes en enrobé pour 10 ans avec cette méthode, voilà ce que ça veut dire:
Il est tentant de se demander si  le gravillonnage des routes de nos villages n'était plutôt l'urgence d'un "placement de produit"!
À croire qu'un responsable haut placé dans la hiéarchie de l'aménagement du territoire aurait un "faible" pour les entreprises... d'Auvergne.