index 
Pour me contacter:
jean.thevenet.3846@free.fr
précisez "mouarf" dans le sujet.


J'aime être serré très fortement dans les bras pour satisfaire un besoin d'être entouré fermement, être soulevé et porté. Ce qui m'importe est surtout de sentir la compression de mon corps et l'étirement si on me porte d'une certaine manière qui d'ailleurs se pratique parfois dans certains clubs d'aviron en sortant du bateau, pour se détendre le dos, dans des clubs de sports (haltérophilie et lutte) de l'Europe de l'est, et chez les marines américains, parfois chez certains kiné, mais d'une certaine façon, bien cadré: ça ne se fait pas "comme ça" gratuitement et il semble qu'on est de plus en plus coincé vis à vis d'une telle intimité physique.

J'ai découvert cela par "accident" alors que j'étais auparavant comme vous tous, dans la peur d'un tel contact...

Désormais si je peux faire l'expérience de ces étreintes fortes, cela me soulage du stress "social" et me rend beaucoup plus sociable car plus détendu, même et surtout si c'est avec quelqu'un que je ne connais pas encore.
Je tourne cette demande en direction des autres aspis aussi mais si vous voulez m'aider on sait jamais... ça pourrais aussi vous aider, vous avez peut être ce même besoin. Il me semble que ce besoin est avouable plutôt après 40 ans. En pleine jeunesse et surtout à l'adolescence ça semble plus délicat.
  
Le ressenti que j'éprouve à l'occasion d'un tel contact est similaire à ce qu'un enfant ressent d'un câlin: c'est comme une consolation provenant de la part d'un Humain après une tragédie personnelle d'une vie vécue dans le rejet social, mais je pense qu'une personne qui cherche à être adulte et à "assurer" a justement bien peur de "régresser" dans cette "imaturité" qu'un adulte convenable se doit de contenir.

Le fait d'exiger un serrage fort et le besoin de vivre cette acceptation de l'autre physiquement plutot que symboliquement (à travers des partages conventionnels) proviendrait de l'autisme. Le besoin physique exige de la carure et de la santé et me fait demander cet échange à la catégorie de personne qui y est la plus réticente: des hommes encore assez jeunes et forts, grands si possibles et physisment aptes physiquement à me faire ça avec la force adéquate.

 Il arrive à l'occasion d'une discussion avec des touristes que je rencontre, qu'ils me le fassent si une discussion permet d'aborder ce sujet et si par chance (assez rare) ils sont assez costaux et que la randonnée partagée un moment laisse le temps de sympathiser: c'est même les seules personnes qui me le font, mais c'est un petit peu seulement et pas assez de temps pour vraiment combler un besoin. Ne le font pas les habitants de ma région qui craignent le qu'en dira t'on et je ne connais pas de proche qui soit apte physiquement que je puisse rencontrer régulièrement.

Le contexte actuel ne me permet donc pas une pratique régulière qui dure assez de temps et se répète assez pour "travailler dessus"...

J'espère que ceux qui me rencontreraient après la lecture de cette demande via mon site me comprendrons et m'aiderons, sait-on jamais... Merci d'avance.