index 
Pour me contacter:
jean.thevenet.3846@free.fr
précisez "mouarf" dans le sujet.


Ce n'est pas si anodin de serrer quelqu'un dans ses bras qui vous le demande (ou d'être dans la situation inverse): il faut savoir en effet ce qu'on veux...
rond point
Tourner autour du rond point sans savoir par où sortir et où aller...
Surtout si toute voie est interdite.

Tout cela n'est qu'une analyse: si cela ne vous parle pas... oubliez!
 si cela vous intéresse, ne le croyez pas sur parole sans le comprendre par vous même.



À moins que ce soit un échange accepté par gentillesse, (vous pouvez en effet me prendre dans les bras juste pour me faire plaisir), demandez vous de toute façon quel intérêt avez vous à le faire.

Ces échanges comblent un besoin qui dépasse le cadre du seul "autisme" et qui a justifié chez beaucoup de vous des blocages psychologiques pour se protéger d'un état de demande ou d'ambiguïté.
 En ce cas l'enjeu de cet échange est majeur, il répond à un besoin retenu depuis une vie entière (attente de réparation des troubles périnataux)
"avant" de partager une telle expérience, il n'y avait pas de problème conscient et tout allait "bien", voilà maintenant qu'il y'en a un et que c'est juste le plus gros problème de toute la vie: cela a terriblement manqué et la vie entière en est devenue "une tragédie".

L'ambivalence entre "céder" et "résister" fait ainsi généralement saboter un tel échange, même et surtout après avoir pourtant bien convenu de le faire. Pour ne pas "saboter" ce qu'on a crût simple à faire (c'est simple, prendre quelqu'un dans ses bras) il faut en effet ré-intégrer dans sa personalité "actuelle"  des envies de câlins qu'on ne donne plus à un enfant sage et devenu grand, fort, libre et indépendants qui avance en guerrier dans la vie en se disant même "rien ni personne ne peut m'atteindre".
 Je crois que les personnes les plus en demande sont du coup les plus saboteuse... particulièrement les athlètes et ceux qui travaillent le corps tels les altérophiles qui sont précisément ceux qui pourraient physiquement mieux me serrer dans leur bras: ils sont physiquement forts et costaud, mais c'est aussi eux qui ont le plus peur de se sentir à nouveau imatûres et faibles dans un pays en guerre voué au culte de la performance (Dans le monde des adultes où toute personne révélant ses sentiments est écrasée, humiliée, et dominée, battue, rejetté, abandonnée, damnée... IMATURE..).

je te pardonne... pour m'avoir poignardé dans le dos!!!
Houaa... T'es en train de te planquer sous tes couches d'oignons...
Tu sais ce que tu as? tu as peur de tes sentiments!!!
 

Ainsi, si ce que j'ai écris là vous représente "intimement", relativisez tous ces faits qui vous concernent AVANT de vous risquer à accepter de me prendre dans les bras, pour qu'au moins vous sachez ce que vous voulez, pour qu'au moins vous soyez francs avec vous même et du coup avec moi si vous acceptez ou refusez.

Si des émotions se déchargent pendant un échange de câlins, c'est d'ailleurs tout à fait normal d'en pleurer après autant de retenue qui est devenu le drame d'une vie entière: alors surtout ne vous retenez pas, c'est une opportunité (rare) de permettre ainsi de réparer des choses chez vous, c'est ainsi que je pourrais vous "rendre" quelque chose dans un tel échange...

Bien à vous tous, qui que vous soyez.

"Shrek?! fais moi un câlin..."