Index site
Index photos


 smartphone.



À première vue que des avantages...

Le smartphone m'a séduit en offrant les possibilités suivantes.
Appareil photo et camescope, GPS associé, Capteurs de pression (altitude, météo), possibilité d'embarquer un logiciel d'analyse sonore temps fréquence et temps réel.

20171211_153418-01.jpg
Quand même intéressant de ramener des photos de piafs, d'autant plus que là, c'est même pas une photo, mais une vidéo!
Ce genre d'image est fortuite... quand je suis en train d'arracher des plantes invasives et que les oiseaux s'approchent.


La 4G et la pollution radioélectrique.
Quand il s'agit d'envoyer des fichiers lourds et encombrant et que pour des tas de raisons ça ne fonctionne pas pour passer simplement les fichiers par un câble dans l'ordinateur, la 4G fonctionne bien mieux que l'ADSL (quelques minutes pour envoyer 2Go au lieu de plusieurs heures).
à Cilaos en mettant le téléphone sur la terrasse dehors, j'ai mesuré un champs de l'ordre de 0.6 volts par mètre à une distance de 3 pas, et à une dizaine de mètres le champs du téléphone est au niveau de celui des émetteurs 4G "bruit ambiant": on ne sait pas si le téléphone a fini ou non son upload sauf à s'approcher de plus près avec le détecteur d'onde.
Le wifi ne génère pas un champs radioélectrique moins fort pour uploader des fichier en wi-fi direct sur l'ordinateur, alors c'est pire car la fréquence utilisé est le GHz et réagi plus avec l'eau des organismes vivants.

la 4G ne génère pas une pollution plus forte que le wi-fi si elle servait essentiellement à publier les fichiers: c'est dans le cas inverse qu'on a beaucoup de pollution dans le download dont le champs radioélectrique est imposé à tous au même niveau qu'un champs de téléphone à quelques mètres, dans toute la région! éthiquement, on ne devrait utiliser la 4G que pour les upload (en se mettant dehors, à vue directe d'une antenne relais pour le faire avec peu de puissance), si encore le système était prévu pour ne pas balancer une "porteuse" quand il n'y a pas les données qui transitent. Si la 4G était essentiellement utilisée pour l'Upload tout en évitant de surfer sur internet elle serait peu polluante.

Dans le cas inverse (regarder les vidéos des autres, facebook et sollicitation permanentes des serveurs), à l'intérieur (demande un chant radio extérieur énorme), induit un champs radioélectrique ambiant en extérieur absolument ÉNORME pour tous, c'est préoccupant en cas d'électrosensibilité.

Le neuromarketing basé sur l'addiction via dopamine.
Les notifications, les interruptions, des "trucs à faire" pas prévu pour manipuler un logiciel me dissuadent fortement. Je compense en effet mes troubles autistiques en créant pour chaque manipulation des "routines" très séquencées pour utiliser des logiciels. Le mélange de notification avec ces routines m'oblige à stopper et tout refaire en partant du début ou provoque des erreurs en cascades.

Il apparait que les concepteurs d'applications tentent de produire des trucs distrayants pour provoquer des cycles de gratification qui rendent addicts par production de dopamine (principe: gêner la réflexion et l'attention et offrir en même temps une source de plaisir), mais en raison de mes différences de perception par rapport à la norme, et de ma sensibilité à la contrainte et au dérangement, ce qui apporterait du plaisir à la plupart des utilisateurs de smartphone me stresse plutôt (un truc qui bouge, un truc qui sonne), et les cycles de gratification imposent des routines parasites (devoir vérifier une notification qui vient d'apparaître).

J'ai du reconfiguer le smartphone pour qu'il ne se mette pas à jour et réduire au maximum son interactivité, il existe le mode "développeur" qui permet de désactiver les animations des icones et des fenêtres qui sinon utilisent des effets visuels à chaque ouverture de programme, chaque clic, ce qui rend le smartphone plus rapide et beaucoup moins pénible d'utilisation pour moi.

 j'ai également évité le cloud du constructeur, face book ou twitter qui sont le genre de truc qui font chier même si on ne s'en sert pas (ne jamais les ouvrir, et jamais accepter les conditions de vente).

J'ai mis en place un moyen de revenir en arrière à chaque mise à jour ou de les tester: utiliser un smartphone séparé, d'essai, et de sauvegarde pour que si un logiciel mis à jour ne me convient pas je me synchronise sur la dernière version satisfaisante que j'ai testé et gardé dans l'autre smartphone, je tente la mise à jour qu'en cas d'évolution majeure. Cet autre smartphone d'ailleurs, toujours au même endroit enregistre les variation de pression météo et a pu m'apprendre sur le lien avec le climat local..

Je n'utilise pas internet sans passer par firefox et ses bloqueurs de publicité en mode "ordinateur".
J'utilise internet seulement en dépannage avant de me remettre en mode 2G, la 3G ou 4G émet plus souvent des ondes sans que je solicite l'appareil et que les accus durent moins, ça dépend en fait des réseaux, mais il ne faut pas activer les données mobiles une fois fait les envois internet. Si je ne suis pas devant l'ordinateur installé dans un bunker et seul, je considère qu'internet coupe dangereusement de la perception de l'environnement, pour diverses raisons c'est dangereux: ça distrait, je ne me met sur internet que si j'ai prévu une session.



pour ceux qui liraient par curiosité..

Le smartphone a atteint dans nombres de domaines une qualité suffisante pour remplacer d'autres appareils encombrants pour leur fonction et fourni nombres de données "scientifiques".

- Appareil photo-camescope de poche correct,  l'informatique embarqué offrant une certaine compensation d'handicap d'une optique miniaturisée,  pour certains rendus de qualité même supérieure à des appareils photo classique (petites photos facilement réussies et lisibles sans trop de soin à les tirer: le smartphone sait tricher avec un mode HDR).
Cela dit ça ne remplace pas un véritable appareil photo pour traduire un paysage fouillé. Le modèle haut de gamme (le S8) fait de bonnes photos si on compte sur 6 mégapixels, et en exploitant les raw c'est très correct.
20180114_162229.jpg
20180114_162229 tirage raw.
L'exactitude des teintes peut être obtenu en exploitant les raw, pour la botanique c'est important

- des fonctions rudement intéressantes (grâce aux applis embarquées):
Exigence sur la qualité des capteurs: ça doit le faire bien par ce que ça devient partie du quotidien, si ça le fait mal ça oblige à avoir recours à des appareils dédiés.

- baromètre et altimètre aussi précis finalement que mon modèle de guide de montagne: avoir en plus des courbes d'évolution est un apport positif..

Screenshot_20171012-084722-.jpg
Variation de la pression dans un avion de ligne... cela vaut quelques interrogations (de quoi ils tiennent compte pour tarder à dépressuriser l'avion, pourquoi le faire en "escaliers"?)

cilaos/Screenshot_20180103-135042.gif
Mise en évidence de la grande régularité de mes visites en forêt (altitude 1450m)... sur une grande période:c' est extrêmement routinier.

D'avoir ce "log" m'aide beaucoup à me repérer dans l'organisation de mon temps (me souvenir quand j'ai fait autre chose que la routine, cela fait un pic de changement de pression différent)

Passage d'une tempête à CILAOS (Berguitta)
20180119-160730-passage-berguitta.jpg20180118-170115-passage-berguitta.jpg
Creux de pression constaté pendant le passage de berguitta, Cilaos altitude 1180m vidéo


- Analyseur de spectre audio avec mesure très précise de la fréquence: c'est surtout intéressant d'avoir ça en temps réel et à la main dans le contexte où je fourni à des scientifiques des données sur la pollution sonore (les analyses temps fréquence sont habituellement l'analyse ultérieures d'enregistrement sonores d'un matériel plus gros). La qualité est importante, pour déceler et mesurer les extrêmes (infrasons).

L'analyseur de spectre peut aussi servir d'illustration graphique pour montrer les bruits de moteur, les signatures acoustiques d'insectes, d'oiseaux, et faire des mesures précises: un garagiste serait bien content d'avoir ça pour les réglages de dérive de ralenti, pour accorder des instruments... etc.
Ça peut aussi servir de détrompeur pour vérifier que c'est bien l'hélicoptère de la gendarmerie qui est en train de passer au loin (fondamentale 30Hz au lieu de 20 pour les autres)


Vérifier les lampes LED!
20171010_111037-lampe-casse-les-oreilles.jpg
Une lampe qui donne une sensation d'accouphène: du 5062 Hz  (avec pleurage, cette fréquence varie un peu aléatoirement de quelques Hz)

20171010-110206-lampe-osram-LED-STAR-CLASSIC-A-60-E27-made-in-germany.jpg
Pour cette histoire de lampe, pas moyen d'en acheter une qui n'a pas ce genre de défaut en France en essayant diverses marques fabriquées par les schleus, les chin'toc ou les frouzes, alors qu'à la Réunion... on nous les donne gratuitement, et elles n'ont pas ce défaut!!!

Le smartphone sert de GPS
-/2017-04-28-mesure-surface-de-travail.jpg
pour mesurer le chantier par exemple...

La géolocalisation des photos est un sacré apport aussi.
20180103-carte-photos-360.jpg


Le GPS soulage cet énorme travail manuel de géolocalisation de prises de notes, d'observation à faire quand il est associé à l'appareil photo classique (un NIKON COOLPIX A). En cas d'usage d'autre appareil photo, les tags de localisation des photos du smartpone me servent pour me macher le travail je place dans les dossiers des photo à géomarquer une photo de chaque lieu faite au smartphone pour caller le logiciel de géolocalisation sur le lieu à chaque série de photos. Je me suis aperçu aussi que l'altitude où est prise la photo est stockée.
20171012_075617.jpg
20171012_075617p.gif

- la possibilité de faire des photos à 360° à "main levé"  est un magnifique moyen de montrer les paysages et les plantes, d'ailleurs je fait un état des lieux en prenant dizaine de mètre par dizaines de mètre des clichés (en télécommandant un ricoh thêta) de la forêt à restaurer (envahie par des plantes exotiques, avant/pendant/après restauration).
Je ne suis pas encore satisfait de la qualité du ricoh thêta et des caméra sphériques en général pour le paysage: ça ne rend pas encore les contastre et la lumière et manque de résolution (il faut au moins 33 vrais mégapixels). Il faut attendre que ça soit correct pour compter dessus pour un rendu de paysage. Utiliser l'appareil photo du smartphone pour les photos de paysages en les assemblant reste la seule solution acceptable et abordable pour les photos 360° artitistiques..

- Enfin ça dépanne en cas d'indisponibilté de l'ordinateur ou d'internet (il est même possible de mettre à jour un serveur de photo sur le champs depuis la forêt, mais ça n'a pas d'intérêt car ce n'est pas une urgence de les publier et je groupe les envois), avoir une caméscope de poche à disposition avec un écran de contrôle de bonne qualité, permet aussi de faire et montrer des films d'oiseaux en train de faire l'amour à des touristes qui n'ont pas pu les voir de près des oiseaux, ou autre doccument "c'est quoi cette plante? je vous montre"... "Voyez les signatures acoustiques des hélico ce mois de décembre"... etc....

Le smartphone est l'idéal pour croiser des informations ainsi: par exemple un mafatais qui me parle du yapanama marron aurait bien eu du mal à me décrire cette plante, je vais chercher dans mes photos de paysages ces plantes, et ainsi il a pu confirmer que cette plante était bien l'herbe chiffon en la reconnaissant sur l'écran... comme cela on sait de quoi on parle...




L'aspect inquiétant...
La collecte de données: en fait c'est surtout pour cela: c'est conçu fait pour caractériser les population enfin de faire de la publicité ciblée., ce qui multiplie les notifications qu'on a visiblement conçu pour distraire, interrompre, rendre le cerveau disponible à la publicité, et pour provoquer des comportements compulsifs et addictifs augmentant le temps de vue de publicités ciblées.
On s'en sert aussi pour récolter la position, les émotions ( c'est le véritable but de la recconnaissance faciale des haut de gamme + objets connectés), ces données en association avec des médias lus, vus ou écoutés permette d'ajuster encore plus sournoisement la publicité
-Une perte de contrôle de la conscience sur le monde: la conscience est remplacée par des algorithme, ce qui est fondamentalement entropique, le tri automatique de photo par thème (paysage forêt, inétrieur portrait) en est un exemple.

2017-10-07_10-00-39.jpg

La récolte de données d'habitudes est aussi le but des Linky.
2017-10-07_10-02-05-le-monde_rec.jpg


 Je constate déjà la tournure malsaine que prend les "objets connectés" de fitness: ce qui remplace la montre cardio ou le compteur du vélo qui confient les données à des "clouds".

J'en avait eu un aperçu avec les plans d'entraînements et les suggestions de challenges quand garmin a fait des GPS de sport.  On demandait juste à la montre cardio de savoir où l'on en est quand on n'a pas encore des repères, et si on suit leur logique, on se met en compétition dans la comparaison et la compétition.
Ça a un aspect intéressant que j'ai utilisé d'ailleurs pour comparer mes performances et me mettre sur un podium virtuel en faisant la route de Cilaos en 1h24 en vélo mais ça semble aller plus loin que ça.
Ça rend addict par le jeu de récompenses et gratification par points.
Le système de "points" qu'accorde google streetview pour les photos est dans la même idée: en affichant sur le profil du photographe le nombre de photos faites et un niveau on l'associé à une performance, alors qu'avec Panoramio ce challenge à la quantité était absent et rien ne distinguais un profil d'un autre: on regardait les photos, on n'associait pas au photographe une "performance quantitative", seules les photos permettaient d'en juger.
Avec ce système de récompenses certains sont tenté de faire des photos vides, des avis ou des questions réponses peu pertinente juste pour avoir un gros score, ce qui baisse la qualité du contenu. Panoramio qui était un service de partage public de photo ne donnait pas de point: le travail du photographe s'estimait seulement en visitant son compte et c'était la passion qui nourissait le contenu collectif..

J'ai rencontré un homme qui a mis au point des écrans qui savent ce que les yeux regardent: cet homme a acquis en travaillant sur cela la conviction que l'intelligence artificielle n'étant pas consciente, elle est morte, entropique, car ne dépend que du passé (c'est un ensemble d'algorythme), alors que l'intelligence humaine, vivante, a ceci de plus qu'elle dépend aussi du futur (préexistant, ou intentionné), si on a du coeur et de la conscience on est connecté au futur via le présent et on est négatropique: si on confie les décisions (comme déjà c'est le cas pour la bourse) aux algorythmes qui dépendent du passé, on suit la voie de l'entropie de la même façon que si l'on s'identifie à un mental névrosé (névrose = crise écologique à l'échelle de l'individu).
Un névrosé est une machine biologique qui agit par réflexes d'évitement de situations angoissantes, et qui suit à force d'empilement d'habitudes de survie des algorythme de défense biologiques devenus sans conscience car conditionnés et dépendant du passé. Si on est seulement intelligent mais pas vivant, on est un algorythme et globalement tout se détraque: c'est la maladie et la crise écologique collective: c'est techniquement bien ce qui se passe et qui envahi le cyber espace: une névrose obsessionelle de la performance déportée d'un mental biologique à un mental numérique, avec moins de conscience.

Connecter le smartphone au wifi ou le mettre en 4G ne doit être fait qu'après avoir bien vérifié que rien ne se synchronise automatiquement, avec de préférence un petit boitier détecteur d'ondes à coté: pour moi, l'utilisation d'internet est en tant que dépanage (pour charger un fond de carte par exemple). Se méfier pour ne pas être ensuite tout le temps solicité inutilement est le prix des avantages d'internet avec ce petit engin.



c'est un peu paranoyaque, mais alerte tout de même.
https://les1000grues.wordpress.com/2017/08/07/du-danger-de-la-pensee-transhumaniste-et-solutionniste/


bouquin intéressant.

on en parle sur divers sites.
http://www.culture-chronique.com/chronique.htm?chroniqueid=1826
http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/dans-la-google-du-loup-le-totalitarisme-version-2-0_1887822.html
https://www.usinenouvelle.com/editorial/de-gentils-petits-chaperons-rouges-dans-la-google-du-loup.N497149