retour

ALERTE!!! Les nuisances sonores du tourisme (c'est une alerte de fond réccurente, dont la composante "nouvelle" est l'invasion des drones que les touristes lâchent depuis l'aire de pique nique.


ALERTE BRACONNAGE

Braconnage. disparition de bois de savon  en novembre 2018.
00:03:37 220181109_163207_lg78rurx9727 reste braconnage bois de-savon dans la voiture du responsable ONF
I
l reste quelques pousses qui deviendront si on les respecte des arbres de remplacement dans 150 ans environ.
LA VIDÉOSURVEILLANCE est à l'étude, l'ONF peut légalement le faire et la procédure d'autorisation a été donnée par le juriste que j'ai alerté sur cette question: quand ce site sera annoncé sous vidéosurveillance, celà aura j'espère déjà l'effet de dissuader les poseurs de crottes de se déculotter pour poser des prunes de partout, rien que pour ça ça vaudrait le coup.

Novembre 2018: décision de revenir en arrière sur les partage de photos: ARRÊT DES PARTAGES DE GÉOLOCALISATION.

Supression des photos de streetview, et sensibilisation auprès de l'ONF et du Parc National du danger lié à celles du tracker-google qui a opéré sur les sentiers.

Youtube est conservé par ce que l'audience est confidentielle et que les vidéos (c'est plutot des enregistrements sonores) ne sont pas géolocalisées et passablement ennuyeuses en dehors de ceux qui écoutent des oiseaux!
Je m'oriente vers la publication prioritaire des enregistrements sonores (vidéo très longue durée pour partager l'ambiance sonore des lieux), ces enregistrements  faisant déjà office de vidéosurveillance s'ajoutant à ma présence dans la forêt dans une zone voisine, permettant l'évaluation de l'impact de l'urbanisation et fréquentation des lieux hors tourisme aérien (la réponse à la question de la santé acoustique des lieux: elle est encore bonne en dehors des périodes de tourisme aérien)


- la présence des oiseaux  (chakouat surtout dont le nid est près du sol) a été réduite en hiver printemps 2018 par une fréquentation bruyante, je pense que c'est surtout à cause des sorties de sentier trop fréquente des enfants non tenus, des chieurs qui veulent faireloin  hors du sentier et cassent en étant peu habitués à progresser en forêt, et des chasseurs-tangs et braconniers qui ont détruit les nichées ou fait déménager les oiseaux en cours de nichée en passant, sans même s'en rendre compte.

Les oiseaux, peu habitués à la présence de l'homme nichent à 1m du sol et accrochent leur nid à des plantes qu'on peut renserver facilement.

Les touristes du matin sous le concert d'hélicoptères ne tentent pas de calmer leurs enfants et de faire silence, se promenant bruyemment et sortant du sentier ils ajoutent de l'intrusivité chez les oiseaux et salissent. l'ONF est partant pour faire des pancartes de sensibilisation.

Les menaces sur cette forêt: LES PLANTES "ALIEN"


Il n'y a pas que la longose: Le merle Maurice apporte aussi la grenadine banane et la goyave qui a pu être enrayée en début d'invasion (2017), et le vent dissémine partout l'herbe chiffon, qui a profité de l'opération bagatelle (une entreprise d'eau en bouteille a financé pour son greenwasching l'opération "1000 arbres replantés", ce qui a abouti à une coupe à blanc départ de plante invasives).
 Notons aussi  l'élargissement récent de la route de bras sec couplé à la généralisation du souffle-feuille pour faire propre après avoir passé le rotofil sur les talus, ainsi que des coupes d'arbres exotiques déjà trop gros créant des départs d'invasives dans les trouées de lumière.
Enfin, le quasi doublement de la quantité de CO2 et le réchauffement climatique dopent les plantes à croissance rapides dites "pionnières", et le phénomène de plantes invasives est mondial: l'enjeu dans un tel contexte est de conserver des jardins-botaniques conservant à l'échelle d'une vie humaine un patrimoine qui a pris le temps de quelques dizaine voir centaines de fois la durée de l'histoire des civilisations humaine à se constituer!

 Plantes invasives illustrations,

L'AMBIANCE URBAINE ET LE BRUIT: dégradation majeure et effets indirects en cascades.

Effet direct: concert d'hélicoptère, musique forte parfois des heures durant: change l'ambiance du tout au tout.
Effet indirect: comportement différent des touristes en ambiance bruyante, plus de dégradation, plus de pression sur la faune et la flore,  et mise en compétition des oiseaux quant à leur territoire avec un désavantage plus prononcé des endémiques par rapport aux exotiques plus performants qu'eux dans le bruit.

BULL BULL ORPHÉE: Dans la forêt de CILAOS il existe très probablement une interraction entre le bruit et la flore, via la modification de l'activité des oiseaux et les scientifiques sont invité à constater la relation entre la forte pollution sonore urbaine (les hélicoptères et avions le matin, surtout zone nord-ouest cirque de CILAOS, parfois la musique forte toute une journée), et la présence-activité alors exclusive du Merle-maurice (bull bull orphée) durant les ballets aériens ou les piques-nique avec sono forte. Dans le bruit les zoizo-lunette, les chakouat, les merles-péi habituellement très territoriaux défendent moins bien voir plus du tout leur territoires faute de communication suffisante entre eux, du coup le merle-maurice investit plus facilement ces territoires quand il est le seul bien adapté à un environnement si bruyant, capable, comme les moineaux de communiquer même dans des festivals urbains (cet oiseau est originaire des forêts à singes-hurleurs et cigales-machine-outil, pire que celles qu'on entend à Taiwan qui font plus de bruit que les scooters sur la route)..
 Les drones-jouets que les touristes envoient maintenant presque chaque jour depuis le belvédère ne me gênent pas trop (car ça ne dure pas) mais sont une menace toute nouvelle pour les oiseaux, que certains modèles: le dji "sparc", le dji-air, affolent. La tendance à la petite taille avec un bruit plus aigu des nouveaux drones, leur intrusivité (capacité à voler près du sommet des arbres) a aggravé l'effet, et surtout la popularité rend quotidien ce qui n'était que rare (en 2015 cela n'arrivait que 2 fois par an, en 2018 c'est presque tous les jours et ça n'a plus du tout le même impact. Le drône serait pourtant, utilisé de façon professionnelle une alternative au tourisme aérien ravageur, en tournant quelques fois par an des films en très haute qualité pour tous, au lieu de survoler les lieux 50 fois par jours en avion et hélico pour 10% de touristes.

SONOS au parking du belvédère en après midi.
Si la portée atteint la pancarte longose, la plus éloignée du parking et le gros chêne (le point le plus éloigné de la parcelle), il faudrait le signaler au 17 comme tapage sur lieux public, surtout en cas de gêne exprimée des touristes. Si la portée se limite au pin maritime, et à la partie du sentier dont la pente est orientée vers le parking, ça sera toléré car inclu dans le bruit urbain qui monte de CILAOS par le pente..
Un maximum de démarche a été faite auprès de l'ONF pour obtenir des pancartes signalant la fragilité des lieux aux touristes (ne pas couper les lacets du chemin, tenir au calme les marmailles qui crient, éviter de déposer mouchoirs en papiers et papier hygiénique (plusieurs mois de décomposition) et crottes (pollution chimique durable du sol) dans la zone en cours de restauration et les forêts primaires: sans cette sensibilisation, le tourisme devient spontanément destructeur, trop destructeur pour un tel lieu. Pour ceux qui veulent pique niquer avec la musique, proposition d'autres aires d'acceuil moins vulnérables.

TOURISME AÉRIEN: nuisance majeure occupant entre 3 et 7 heures tous les jours.


Depuis 2014, le concert d'hélico et d'avions prend près du double de temps dans la journée par rapport à la décennie précédente (car en plus des 2 à 3h de ballet matinal continu se sur-rajoute les prestations courtes sur le tard de la matinée + passages isolés l'après midi et au coucher du soleil de petits avions surtout). Personellement, et à cause de cela, je me ferme chez moi dans une maison à double vitrages le matin, et je ne vais plus en forêt, ni ne randonne, avant 11h du matin tout simplement par ce que dans le bruit, je ne retire que de la fatique nerveuse et de l'épuisement, au contraire du ressourcement que procure ce travail en forêt qui est aussi une thérapie (des suites d'avoir vécu avec des troubles autistiques et un diagnostic très tardif qui a pésé lourd sur la santé).
La santé des plantes dépend de l'activité d'oiseaux locaux qui ont besoin de s'entendre chanter entre eux pour mener à bien leur activité. Il se peux que le tourisme aérien contribue à l'intrusion du Merle-Maurice que merle-péi, zoizo-vert et chakouatte ne chassent plus le matin, et il est plus que probable que l'activité des oiseaux est modifiée en matinée et que cela a des répercussions sur la flore.

Les moeurs urbains associé à la fréquentation touristique et au bruit ambiant de ces lieux ajoute une pression importante: le bruit des hélicoptères empêche un coportement calme et intentionné des gens qui visitent alors le sentier en cassant des pousses, en criants, et en chassant les oiseaux par leur comportement: cet impact secondaire pourrait être encore pire que l'impact direct des hélicoptère car c'est intrusif.

- SONORISATION par les particuliers
- Drônes.
- Utilisations des lieux pour caquer
dégradent tant ce site que tout doit être mis en oeuvre pour sensibiliser sur place (pancartes), tout en évitant de promouvoir les lieux (retrait des photos sur map, pour commencer et destruction des inforamtions de géolocalisation des points d'intérêts).

quand il fait beau, il serait bon de découvrir les lieux avec leurs chants d'oiseaux: le matin il n'est pas rare maintenant de dépasser 60 survols d'hélicoptères à la suite en une matinée et le bruit urbain a un impact important sur ces espaces naturels en perdition (90% du bien inscrit à l'UNESCO est déjà dégradé!)


alerte nuisances du tourisme aérien HÉLISTATION DE CILAOS, dégâts importants sur un site naturel.
Cet aménagement aura un fort impact sonore sur le site, le vol stationnaire pour le poser sur cette surface se faisant sur une surface à vue directe, et surelévée par rapport au relief environnant.
De plus, ce site est en enfilade de la vallée du bras de benjoin, ce qui fait une entrée d'ondes sonore plus forte sur la forêt primaire jouxtant la route de bras sec (la seule du cirque à être entretenue des plantes invasives)
Quand il fait beau, c'est la catastrophe, voilà ce qu'on entend en forêt...impact en forêt qui perdure parfois après midi (autre exemple le matin).


Juillet - août 2018: évènement majeur: arrasement du piton de Brûlé Marron, dégâts sur le paysage visible depuis le belvédère.
Ce n'est pas sur le site de la Roche Merveilleuse, mais suceptible d'impacter cet endroit: nuisances sonore (c'est pour une hélistation), vol de graines. Cette hélistation a remplacé un lieu naturuel et est à un endroit stratégique, avec des fortes rafales de vent, le plus grand impact pourrait être la dissémination de graines, et c'est aussi un espace sans oiseaux (alors qu'avant c'était une zone de nidification et un relais pour les passereaux, dans l'axe de la vallée du bras de Benjoin qui fait le transit vers la forêt primaire)

Écoutez l'ambiance sonore de ces vidéos: quand il n'y a pas d'hélico (l'après midi par temps couvert! ça devrait être aussi aussi calme que cela le matin pour que les oiseaux communiquent par beau temps (quand les insectes volent, quand les fleurs sont sucrés, quand l'air chaud les aide à voler).
Les rotations d'hélicoptères perturbent cette forêt et ses oiseaux. qui du coup, se rattrapent sur l'après midi pour être actifs à contre-temps.

Et pour vous donner une idée de combien de fois CELA ça se reproduit, voici une représentation analyse-temps-fréquence du bruit des hélicoptères de tourisme sur un enregistrement de quelques heures (de 6h à 13h) et jour après jour sur cette étude.

Voici comment par exemple comment s'est organisé le bruit des hélicoptères le 2 janvier 2018, ici de 6h à 13h,
2018-01-02-analyse.jpg
Ce sonograme est fait en zone urbaine et les bruit d'hélicoptères écrasent l'ambiance des lieux.
Seule la voiture du voisin qui a ronflé dans la cour à 20m de là a marqué aussi nettement l'enregistrement (vers 10h05 10h35).. alors imaginez l'impact en forêt!


CE N'EST PAS QU'UNE QUESTION D'INTENSITÉ SONORE (c'est un problème d'émergence acoustique et de durée).
On répond pour minimiser l'impact de cette pollution sonore que les oiseaux savent très bien s'adapter, mais il ya des limites à la puissance de leur chant et ce n'est pas parce qu'ils ne sont pas farouches et s'approchent à quelques mètres des touristes et prospectent parfois en zone bruyante, parking, ville et jardins, qu'ils n'ont pas besoin que leur chant porte loin pour assurer la pérénité de leur territoire, lequel est surtout en forêt primaire pour le chakouat et en zone peu humanisée et primaire pour le merle péi ..
De ce fait ils sont désarmés quand d'autres oiseaux introduits (exotiques) et devenu prédateurs, sont mieux adaptés, se trouvent avantagés et s'installent à leur place, et c'est ce qui semble se passer avec le Merle Maurice (qui mange les oeufs des oiseaux endémiques si les chakouat ne les chassent pas).

Entretenir cette forêt est une motivation importante pour moi de rester, et c'est une des rares choses constructives, et positive que j'ai fait dans ma vie et m'y accroche avec passion. Partir et quitter une construction de vie est très difficile du fait d'un trouble autistique et la la nuisance des hélicoptères est un motif plus que valable pour quitter les lieux où on ne peut plus avoir la paix dans la nature.

Cette alerte n'est pas qu'un problème personel, nous avons à gagner à respecter ce lieu de vie, de tourisme, de séjour, de cure, de spiritualité en notant qu'il est accessible par réseau routier....

materiel-d-analyse-temps-frequence.JPG
matériel utilisé pour rendre compte de la nuisance des aéronefs.
Archive sur http://cirque.de.cilaos.free.fr/tourisme-aerien-alerte.html