index

De la pure connerie cette page, passez. Sauf pour ceux qui sont en train de "craquer", pour ceux qui perdent et ne savent pas ce qu'ils gagnent...

Pourquoi y a t'il effectivement des FOUS sur "la diagonale des fous?"


2016-10-21_11-53-39.jpg -21.132804 , 55.492324 16 che des cryptomerias 97413 Cilaos Parcelle : 000 / AL / 0025 Altitude : 1370.69 m Nouvelle zone agricole (crée en juin 2016) copieuseusement herbicidée. Coureurs du Grand Raid Montagne pointue; Le Bonnet de Prêtre.
Ces coureurs viennent de faire 60km 3000m de dénivelé, il leur en reste 100 et 6000m de dénivelé, à peu près.

ILS SONT FOUS!

Testé pour vous: la rencontre du troisième type.

turbopunch.jpg
Si si, c'est bien le bon chiffre!
C'est une "dope" pour le 3eim type.

On fuit quelque chose en courrant après la performance: la mort déjà, car sinon c'est le prédateur plus performant qui passe devant et raffle la mise, si il nous mange pas directement tout crû. Cela a fait inventer à la vie des tas de stratégies menant à être champions en tout domaine, rien que dans le monde vivant même chez ceux qui n'ont pas de cerveau (les plantes à fleurs,  libellules, les syrphes, les bombyl expriment des performances où ils sont indéniablement les meilleurs et peuvent être tranquille dans leur niche écologique)... Être athlète provient de cette même pulsion de survie.

Chez l'athlète il y a production d'endorphines, du coup: on installe une pratique addictive, voir une toxicomanie (être running addict), auquel on tient car elle apporte un bien être et des bénéfices matériels concrêts, qui sont, par le jeu du mental humain un dépassement de la fonction de survie biologique: on récolte des "médailles" et de la considération.. ou même simplement le passeport "être un athlète" (au lieu d'être un "plouc") qui donne le statut d'être quelqu'un socialement dans une société qui a peur d'aimer: souvent le sport est un moyen d'être intégré socialement si on ne l'est pas par le travail ou par sa condition sociale.

Un peu est toujours bon à prendre, mais les athlètes de haut niveau ont mis la barre très haute. Si on a dépassé cette fonction on quitte l'optimum de la bonne santé: si on ne peut pas s'arrêter un moment pour consacrer du temps aux gens qui voudraient partager de l'affection, si on doit refuser des relations faute de temps pour les partager, si on n'a plus le temps et l'énergie de faire quoicque ce soit d'autre, on est running addict: la pratique sportive prend l'énergie d'une relation amoureuse intense non partagée, elle en est d'ailleurs la sublimation, elle fait se consummer l'organisme en accéléré, les trop-sportifs vieillissent mal..

Le mental permet de connecter l'esprit à un passé révolu et à un futur projeté et par là on met en jeu une quête de résultat des qu'on vise un objectif, la pulsion de survie envahie ainsi des domaines où sa fonction est dépassée.

 Le plaisir n'est alors plus vivre sur l'instant, mais est projeté dans la recompense promise après s'être "bien battu".


La Réelle amitié n'est pas seulement l'aptitude à échanger des notions mentales, c'est partager aussi SOI et son corps à l'autre, c'est aussi, et surtout de pouvoir si besoin (et beaucoup en ont besoin) de réparer des carence d'intimité avec quelqu'un comme soi (ou comme idéal de soi).

Faire du sport et courir après la performance serait donc (à vous de le vérifier au fond de votre intimité), une envie d'Amour et d'attirance vers les autres associée à une peur de désir doublée d'une peur de rejet en retour. Pour attirer les gens sur soi, on  transforme ce désir de partage en besoin d'être admiré, faute de pouvoir se faire accepter et désirer autrement.

Fondamentalement, le sportif "dope" son image, se montre par ce qu'il fait, alors qu'au fond... il est lui même un échec. Même ce qui le fait admirer est un échec: il pourrait faire mieux, il le sent au fond, alors il accélère, mais à force de stratégies pour dopper sa performance c'est de moins en moins autenthique.

Typiquement il lui devient même difficile de se limiter pour respecter des rytmes d'entraînements compatibles, ralentir pour respecter un pourcentage sous maximal lui donne l'impression de se traîner, d'être "à la rue". Mais il peut y arriver en recyclant sa névrose astucieusement: en déplaçant l'addiction de la performance, sur la performance de la précision de ce contrôle, et cela avec le recours à un hi tech parfois démesuré souvent un peu bling bling, pour gérer l'effort.
(le type 3 a souvent des montres qui ressemblent à des cadrans d'avion)

Tout cela sert à compenser une réalité sous jacente à cacher, la sensation d'être "éféminé", d'être en attente de recevoir (des câlins, poour se faire consoler), d'être faible, de devoir demander protection et d'être aimé. Être petit,  pris et accepté dans les bras d'un être fascinant  de force de vie (un homme... ou une femme masculine ou matronne: à ne pas confondre avec la "poupée barbie" qu'on promène dans la rue pour montrer qu'on est un "homme à femmes", équivalent biologique du bling bling: ça c'est pour afficher l'identité sexuelle, c'est pour le public).

Apparaît de proche en proche une tendance macho qui méprise les femmes pour extérioriser le mépris de sa propre féminité... en amérique surtout, et ce n'est pas que pour les hommes....


Y'en a qui veulent faire tomber des garçons?

Réfréner des désirs affectifs (sensuels car l'envie de calins et se blottir y est associé, en liens avec cette conscience d'enfant grandissant qu'on a été) se transforme en effet en pulsions sexuelles (quasi systématiquement associé chez l'adulte à tout rapprochement corporel): réfréner un désir d'intimité et de tendresse devient peu à peu de la frustration d'un désir sexuel tourné vers d'autres personnes que les partenaires sexuels; tout ceux qui sont des "frères" ou des "parents", ou encore des fils ou filles. C'est inadéquat, incestueux même, et effacé de la conscience autant que possible: ça fait tâche...

Dans le film Shrek, l'âne attend bel et bien de la tendresse et complicité de son ami ogre... cette recherche d'intimité se remarque lors de leur conversation face au ciel sur les étoiles. L'âne voudrait en parler et se fait chier de cette conversion de remplacement légère, soupire, mais joue le jeu après une tentative d'en parler..

Tout au long du film, l'âne, de tant en tant lui demande des câlins (comme un jeu, comme pour confronter l'ogre à sa propre peur de s'attendrir). Mais dans ce film cela reste en attente, mais tout de même bel et bien suggéré, et plusieurs fois l'ogre rejette l'âne, tente de rompre leur lien d'amitié.

Shrek "...  pardonnes moi.. je ne suis qu'un gros crétin d'Ogre..."
L'âne "Hé! c'est fait pour ça les amis!"

La relation d'amitié ogre-âne, ambivalente, se ponctue en effet de ruptures et de réconciliation caractéristique: l'ogre n'ose pas être "tendre", avec son ami qui est pourtant le seul à ne pas avoir eu peur de lui (il a tout essayé, en rugissant, mais il pue juste de la gueule)
"Houaa... tu devrais investir dans les cachous car tu as une haleine de CHIOTTES" .

La seule issue pour l'ogre, est de trouver quelqu'un à son image, mais tout de même de l'autre sexe. Dans Shrek, la princesse est donc une ogresse.


pa': que faut t'il faire? (pour devenir un homme)

PA' répond alors avec beaucoup d'Amour pour le fiston support de projection de son idéal, à travers quelques phrases clefs:

 "N'oublie pas, tu es un acteur qui ne pleure jamais, sinon regarde Terminator 2 aussi souvent que nécessaire... comme il y a chez toi une tendance à réfléchir comme un ordinateur ce rôle te va très bien."

"Apprend à faire tomber les femmes à condition de ne pas en dépendre, c'est une activité formatrice, ça t'obligera à développer une certaine maîtrise de toi... Attention: si tu arrives à tomber une femme tu t'en décolles et tu passes à la suivante.."

"Et puis la névrose, qui est surtout la tienne - mélangée à d'autres soucis - n'existe pas pour quelqu'un qui a une vraie intelligence et sait s'auto-analyser avec lucidité, ce qui n'est pas ton cas, non pas que tu ne sois pas intelligent mais que ton intelligence est rendue caduque, inopérationnelle, par ta sensiblerie d'esclave du syndrome négatif féminin

sombrer sans cesse dans l'analyse intellectuelle : toujours ce fichu principe féminin (vierge) qui te pollue.
L'homme est synthétique, rempli, complet et n'a pas besoin d'analyse, ça c'est bon pour les femmes et leur communication à 99% futile.

Tu n'as surtout pas besoin d'apprendre à danser, sauf s'il s'agissait à la rigueur d'un prétexte pour te faire des femmes... à condition de les jeter ensuite, ce que tu ne fais pas....

Débarrasses toi de ton mental de femme insupportable qui pollue mon atmosphère.

.... toutes des chiennes..

Oui... pa'

Mais regardes donc ceci:

Nasio (psychanalyste) remarque: "Si ce fantasme œdipien de séduction du garçon se fige et envahit plus tard la vie de l'adulte que l'enfant est devenu, il sévit comme un agent nocif, cause fréquente d'une forme d'hystérie masculine très difficile à traiter. Souvent, la cure analytique de cette hystérie échoue et s'arrête sur une crise dite "roc de castration" ou comme l'appelait Adler " protestation virile"
... une crise dite "roc de castration" ... associée plus en profondeur à la peur de vivre... de naître qui bloque toute la construction de l'être qui devient... un ogre... un adulte qui est un enfant inachevé... charmant, sympa, mais pleins de peurs et de violence, et qui a peur de ses sentiments.


Dis pa'??? t'es pas fâché?

"Tu sais, on en dit bien plus sur les ogres que ce qu'ils sont en réalité..
Les ogres, ils sont comme les oignons, ils ont DES COUCHES! "



La psychologie en fait, c'est À CHIER!



 
Houaa... T'es en train de te planquer sous tes couches d'oignons...
Tu sais ce que tu as? tu as peur de tes sentiments!!!


Miséricorde = Se faire CHIER, mais pas tout à fait dans le noir: il ya la lune dans la porte des chiottes..
Les couches d'oignon: si on les épluche, ça fait pleurer, on vous aura averti.

CHIER correctement.
il ne faut surtout pas se tenir droit, mais à défaut de wc turcs se pencher et s'écraser le buste sur les cuisses, et bien se masser les intestins



Annexe.

Des indices provenant des enneatypes (truc ésotérique bien diabolique utilisé par les sectes)


ET à propos de cette histoire de "3"?

Il existe une classifications des idéals "névrotiques" qui me semble pertinente... Les enneatypes désignent le fait de se fixer plutôt pour construire sa vie sur un des 9 idéaux de base qui deviennent de précieuses valeurs humaines sur laquelle on construit sa vie d'adulte.

Ce qu'on croît être sa personalité construite sur un idéal de vie n'est en fait qu'une suite de réflexes condiditionnés par des évitements de peur.

Je les cite rapidement: être
1-intègre donc irréprochable, entourés de gens qui n'ont rien à vous reprocher.
2-être séducteur et désiré de tous et jamais seul, entouré de gens qui dépendent de vous.
3-performant et admiré de tous, entourés de gens qui vous admirent et qui sont EN DESSOUS de vous.
4-rare et unique, et inspiré, entouré de gens qui vous remarquent.
5-observateur et comprendre, entouré de gens qui ne feront pas de choses imprévisibles.
6-loyal et paré pour l'avenir par ses relations, entourés de gens qui vous aideront en cas de coup dur.
7-joyeux dans une vie seulement amusante, pas se faire chier avec des trucs sérieux, entouré de gens qui pensent qu'à s'amuser, non emmerdants.
8-chef qui a le contrôle des situations de crise, surtout pas être faible et être manipulé, entourés de gens se comportants en brebis sous votre contrôle.
9-médiateur de tout conflit en cas de crise, surtout pas de bagarre, ça nous séparerait des autres.....

 Cette classification d'apparence sommaire est reprise et exploitée par des tas de "sectes" offrant une "thérapie" qui sollutionnerait que finalement, on s'emprisonne en adoptant compulsivement ces façon de survivre dans la vie... Certaines thérapies cassent les égos, d'autres les renforcent, toutes font payer, et certaines profitent d'une dépendance installée.

En pratique, cette base de connaissance est bien plus géniale que cela: cette "recherche" se cristalise sur plusieurs plans symboliques, et il y a une figure memnothénique qui permet d'appréhender divers liens. C'est un fait que ça marche bien et que si on "bidouille" le truc pour placer les numéros autrement... ça ne marche pas. En fait il y aurait une relation entre les emplacements des chiffres sur un cercle représentant grossièrement les zones du cerveau préférentiellement impliquées par réflexe.

Vous cherchez: enneagramme image, voyez les figures.

Ce que vous trouverez pas facilement, je l'ajoute ici:

8-9-1 sont des fixations relié aux profils à tendance épiléptoïde base instinct (cerveau central): l'instinct semble dominer, c'est l'instinct qu'on ne contrôle pas.
2-3-4 sont des fixations relié aux profils à tendance hystéroïde base émotivité (cerveau droit): les émotions semblent dominer, c'est les émotions, qu'on ne contrôle pas.
et 5-6-7 sont des fixations relié aux profils à tendance schizoïde base fixation mental (cerveau gauche), le mental semble dominer, impossible de s'arrêter de réfléchir...

Pour construire la figure memnotechnique on part en fait d'un triangle les sommets sont
9-3-6 

9 épiléptoïde
3 hystéroïde
6 schizoïde

La tendance introvertie ou extraverti manifeste donne les autres chiffres, le dosage inscrit la personalité sur un cercle, et les variations de la personalité au cours du vieillissement varies les comportement de survie d'une façon moins typée qui provoque un étalement des "possibles" dans un arc de cercle..

En cas de stress ou d'évolution majeure (après catharsis), on se connecte à une personalité éloignée, selon un schéma flêché d'intégration. Il s'avère qu'il est difficile de faire fonctionner d'autre shémas, il s'avère que ça semble bien suivre ces shéma quand on pratique la survie par le perfectionnement de sa compulsion de survie.


À vous de creuser cette piste,  si cela fait sens pour vous.

Attention aux sectes: N'ACCEPTEZ JAMAIS ce qu'on dit sur vous sans le vérifier vous même, et prenez garde à ce que vous ressenter en cas de fascination et dépendance vis à vis d'un maître, que vous le payez ou non.

Seul VOUS pouvez percevoir du sens que cela peut prendre, car ce qui est à comprendre est surtout ce que vous réussissiez à ne pas savoir en maintenant une stratégie pour supporter les conséquences d'un déni: le point difficile c'est ce que vous vous cachiez est à l'opposé de votre réussite sociale.
 Surtout n'acceptez pas d'adopter un tel savoir sans le digérer par vous même: ce ne sont que des indices qui doivent être validés par vous même, prenez éventuellement les infos des doccuments qui ressortent de cela, voyez en quoi cela vous concerne... par VOUS MÊME et faites attention que ce soit bien VOUS qui ensuite, savez...


IMPORTANT:
Le principe général d'une névrose est de se "rassurer" d'une peur oubliée à force d'être enfouie.
Mais en se protégeant par cette construction sur un idéal flatteur de SA conscience, on construit quelque chose de sa vie: auquel on tient (comme sa maison, sa voiture, sa femme...) c'est un bénéfice "secondaire" auquel on s'attache et qui est évident, mais malgré tout, ce bénéfice n'est pas le plus important qu'on a renié: c'est bel et bien fondamentalement secondaire, en pis aller, "en attendant" ce qu'on désire "en secret". Mais on ne veut pas tout casser pour se donner ce qu'on a toujours eu besoin: c'est la dépendance installée.

 Ce qui est important est si important que c'est le gros dossier rangé en bas de la pile, qu'on commencera à ouvrir "plus tard" quand ça sera vraiment grave.

En mourir peu à peu n'est pas si grave, la mort biologique concerne quelque chose de temporel, alors que la mort crainte de son égo, semble concerner quelque chose d'éternel.
 C'est jamais assez grave de mourir biologiquement peu à peu, on vieilli peu à peu, et on devient un vieux schnok, comme une grenouille cuite incapable de sauter faute d'avoir sauté quand l'eau de la marmitte chauffée peu à peu devenait insensiblement plus que tiède..
C'est comme nous avec la planète: ça chauffe mais on ne saute pas de la marmitte, on n'a même pas aboli les moyens de transports individuels les plus polluants, corrigé l'énorme dérive de l'agriculture, et on tarde à terraformer Mars, on est trop occupé à vendre de la m... qu'on perds les moyens de faire progresser la technologie en brûlant les milliers d'années d'énergie qu'aurait pu fournir le pétrole, en 300 ans on va se trouver en panne sèche dans une planète peu respirable avant même la mise au point de la fuite contrôlée d'antimatière et du transfert hyperspatial, et on se shoot aux antidépresseurs au lieu de se chialer dessus entre amis en se prenant dans les bras. C'est con.


N'oubliez pas: chiez correctement.
sinon c'est la merde...