index

Attention, le pourcentage de VO2max utilisable correspond à une pratique régulière en y faisant, en gros la majorité des efforts en endurance avec moins de 2% dans "le dur qui fait mal", de sorte que la santé soit avec un seuil aérobie/annaérobie "tassé" vers les 85-90% VO2max.
 De ce fait, les performances des sujets à faibles VO2max ont tendance à être... surestimés, car moins optimisée que cela (dans le cas où la VO2max est faible, mais où la pratique est sporadique, le sujet sédentaires ne dispose pas d'un pourcentage important de cette faible "cylindrée", d'une part, et en plus il est rare que la pratique physique de leur niveau ne soit pas quotidienne, et difficulté de plus, en raison de la faible puissance disponible, il est rare que le pourcentage d'effort "dans le dur", soit inférieur à 2% du temps de pratique). C'est pour cela que les personnes à faible VO2max on intérêt à calibrer leur efforts pour éviter de franchir des limites, et apprendre "la voie de la tortue", ce qui va contre la structure psychologique du sportif (l'enneatype 3 qui vaut aller toujours plus fort pour gagner plus et se faire admirer à chaque instant et ne veut pas se voir et être vu "se traîner").

Par exemple une personne qui a 33 de VO2max se fait souvent "mal" dans les escaliers chaque jour pour monter chez elle, et peut très bien ne pas pouvoir faire le colombier en 2h40 d'un coup (le cas le plus fréquent est de prévoir 2 jours, l'ascension se faisant à 300m/h entre les pauses), idem pour celle qui a 50, si la pratique de la marche à pieds, ou autre entretien de sa forme "modeste", n'est pas là pour repousser le seuil aérobie/annaérobie, ou encore que cette pratique n'est pas propice au maintient de l'endurance, elle ne montera pas à 1000m/h... mais plutôt 450.
Cette mise en garde est expliquée dans cette pancarte

conseils pour augmenter la puissance aérobie

Il est plus judicieux finalement de ne JAMAIS connaître sa VO2max, ou de l'oubier, C'est une notion abstraite: en effet, on ne peut pas l'atteindre sans ajouter de la puissance provenant d'une part non négligeable de métabolisme annaérobie limité en durée. On ne mesure jamais la performance de la VO2max, mais quelque chose de composite qui n'est pas stable dans le temps, c'est pourquoi on tient, à 100% de VO2max entre 3 et 6mn.

Ce qui est plus logique, est de simplement de travailler en estimant le "100%" de ce qui est exploitable à partir de vos tests...
 Si vous optimisez votre entraînement, votre 100% exploitable sera près des 85-90% de votre VO2max, au dessus de ce 100% exploitable en effet, une part non négligeable de puissance est obtenue sur un métabolisme rapidement épuisable dit annaérobie qui de plus produit des déchets qui gêne tout effort ultérieur pourtant moins fort (acide lactique).

Vous pourrez pourtant, et plus facilement estimer par curiosité votre VO2max par extrapolation. (en fait, est ce bien utile? oui, par ce que les publications, la littératures, se basent là dessus et ça permet de se situer, mais il serait plus juste de parler en rapport puissance/poids exploitable 1h/jour, c'est à dire possible sur un trajet quotidien sans s'être grillé pour le laindemain ou "bouffer le substrat en tapant dans le rouge")

La VO2max ainsi estimée, se trouve par la caractéristique linéaire de votre zone d'endurance, la droite FC fonction de puissance liant les points FC fonction puissance en zone d'endurance, continuée, rencontre la puissance à la FC max pour une valeur très proche de la VO2max réelle.

Rappel avec ce schéma.
Image



Tableau envoyé par un ami: les normes d'une société "dégénérée" physiquement, par la perte du recours à la propulsion musculaire depuis 3 générations.
("BIEN" devrait être 60-70 de VO2max vers 20 ans, 50-55 à 50 ans: "bon" ici est en fait, sauf peut être pour 70-73 ans, la limite d'invalidité à la propulsion musculaire)=

Hommes

Centile

20–29

30–39

40–49

50–59

60–69

70–79

Supérieur

95

55,4

54

52,5

48,9

45,7

42,1

Excellent

80

51,1

48,3

46,4

43,4

39,5

36,7

Bon

60

45,4

44

42,4

39,2

35,5

32,3

Bien

40

41,7

40,5

38,5

35,6

32,3

29,4

Mauvais

0–40

<41,7

<40,5

<38,5

<35,6

<32,3

<29,4

source 
Centile c'est le pourcentage de gens qui sont "derrière": exemple à 95 % il y en a "95 % Inférieurs".

En course à pieds, de l'énergie est perdu dans l'amortissement d'ondes de propagation: il faut être rigide et souple, mais pas flasque et liquide. Les personnes flasques courrent moins vite, et pas seulement à cause de leur poids.


Ce tableau serait plus dramatique encore en considérant le rapport puissance/poids utilisable 1h, ou énergie-mécanique disponible pour 1h (par exemple 210 watts/h produits avec un poids de à 70kg = 3)

Remarque. la loi assez simple des "10% moins fort 2 fois moins fatiguant" donnerait
énergie disponible pour
- une demi heure 110 watts.heure
- 1h 200w.h
- 2h 360w.h
ATTENTION La loi des "10% moins fort 2 fois moins fatiguant" permet de doubler l'autonomie en réduisant pas tant que ça l'effort, mais sous réserve qu'une vie saine avec de l'activité physique régulière rende capable de produire au fur et à mesure les sucres issus des graisses, sinon, on est toute façon crevé au bout de 2 à 4h après épuisement des sucres lents stockés... même en traînant. Les intensité faibles reposent sur l'aptitude de lipolyse proportionnelle à la "capacité à maigrir", cette dernière variant d'une simple au décuple... (une réserve de graisse qui s'utiliserait que en une semaine avec 1 séance d'une heure de fitness par jour, chez un athlète bien entraîné, se consomme parfois en moins de 40mn, le sportif bien entraîné est bien plus libre dans son alimentation!)

retour